Île Sainte-Marie

ÎLE SAINTE-MARIE : un peu d'histoire...

L'île Sainte-Marie est une île enchantée sur la côte nord-ouest de Madagascar dont le nom, en langue locale, est Nosy Boraha. En plus d'être un véritable joyau niché dans les eaux turquoises de l'océan indien, son nom est associé à l'histoire de la piraterie, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

En 1640, la première tentative française de créer une nouvelle colonie sur l'île fut immédiatement freinée par de fortes fièvres tropicales, tuant la plupart des pionniers. 
Plus tard, c'est sa position maritime stratégique qui fera de l'île un port privilégié par divers pirates et flibustiers, dans le but de piller navires et flottes marchandes de retour des Indes orientales.
Ainsi, l'île, durant un court laps de temps, se peupla de plusieurs boucaniers, devenant ainsi un repaire de pirates internationaux (Anglais, Français, Portugais, Américains), parmi lesquels les célèbres William Kidd, John Avery et Olivier Le Vasseur dit «La Buse». Ces derniers se sont installés sur l'île et pleinement intégrés à la population locale, donnant ainsi naissance à un groupe ethnique de sang mixte.
Certains vestiges de cette époque sont encore présents au cimetière des Pirates, situé sur une petite île nommée l'île aux Forbans, devenue une attraction touristique pour nombres de vacanciers.


Durant cette période, selon la légende locale, un français nommé Jean-Onésime Filet (plus connu sous son nom de pirate ‹‹ La Bigorne ››) fit naufrage sur une des plages de l'île Sainte-Marie, fuyant les conséquences malheureuses de sa relation avec la femme d'un collègue officier. Il fut recueilli et soigné par une femme de la région, qui n'était autre que la princesse Betia ou Bety, fille du roi Betsimisaraka Ratsimilaho, lui-même fils de pirate anglais.
Bety et ‹‹ La Bigorne ›› se marièrent et, en Juillet 1750, après la mort du roi, Bety céda l'île à la France.

Par la suite, en 1752, la population locale se rebella, massacrant les colons français et exilant la princesse Bety sur l'île Maurice, dans le but de rendre le contrôle de l'île aux Betsimisaraka.
Mais, en 1818, le retour des Français transforma l'île en une colonie pénitentiaire.
En 1960, la France accorda l'indépendance aux habitants de l'île Sainte-Marie, leur offrant la possibilité de choisir entre la nationalité française ou malgache. Bien que la majorité ait choisi de demeurer Malgache, beaucoup sur l'île conservent encore des noms français.

Eglise et forteresse


En 1857 fut construite la première église catholique de Madagascar, que vous pouvez visiter à seulement quelques pas du village d'Ambodifotatra et de l'hôtel du Vieux Fort. L'hôtel est également proche de la vieille forteresse militaire, dont il prend le nom, que l'on peut également visiter pour une somme modique. Un joli point de vue en hauteur sur la baie de l'îlot Madame et l'île aux forbans. Aujourd'hui encore, elle est occupée par la seule et unique garnison militaire de l'île.

La Faune et la Flore

Chaque année, le passage des baleines à bosse constitue un grand évènement. En effet, de juillet à septembre, ces grands mammifères marins, après 5000 km de traversée depuis les eaux glaciales de l'Antarctique, viennent rejoindre les eaux chaudes et peu profondes des côtes malgaches afin de se reproduire et donner naissance.  
La baleine à bosse est une espèce de cétacé à fanons. Adulte, elle peut atteindre une vingtaine de mètres de longueur et peser entre 25 et 40 tonnes. Elle vit dans les océans et mers du monde entier. Cétamada, association de droit malgache à but non lucratif fondée en mai 2009 et basée sur l'île (voir "Nos partenaires") organise chaque année des safaris baleines, respectueux d'un écotourisme durable.


L'intérieur de l'île renferme également quelques trésors comme la forêt primaire d'Ikalalalo ou la baie d'Ampanihy. Vous pourrez y observer de nombreuses espèces endémiques : lémuriens, orchidées (dont la magnifique Reine de Madagascar), épices (girofle, cannelle, vanille, café, poivre). Le lagon, à l'abri des requins, est doté d'importantes constructions coralliennes.
À vous de choisir votre mode de découverte : randonnée, plongée, vélo, pirogue, pour ne citer que ceux-là. Divers guides vous attendent pour vous emmener à la rencontre des beautés de l'île!

Ce message est également disponible en : Anglais Italien